Les biais cognitifs et distorsions cognitives

Les biais cognitifs & distorsions cognitives, KESAKO ?

Nous sommes régulièrement confronté à des biais cognitifs.

Les distorsions cognitives ou les biais cognitifs sont des pensées qui affectent la façon dont nous nous percevons nous-mêmes, les autres et le monde en général. C’est un filtre que nous transmettons à tout ce qui nous entoure et qui génère des pensées déformées qui peuvent nous causer certains problèmes.

Cela se produit parce que lorsque nous pensons, nous suivons certains raisonnements qui nous amènent à des conclusions. Notre connaissance du monde, nos émotions, notre intuition, nos souhaits et nos espoirs, notre capacité intellectuelle et d’autres facteurs influencent le processus de raisonnement. Parfois, dans ce processus, nous introduisons certains « raccourcis » qui introduisent en quelque sorte des erreurs dans ce raisonnement et nous conduisent à des conclusions irrationnelles. Ces idées irrationnelles sont connues sous le nom de distorsions cognitives.

Les biais cognitifs sont des formes de pensée qui représentent une déviation de la pensée logique ou rationnelle et qui ont tendance à être systématiquement utilisées dans diverses situations.

Ces processus de pensée rapides ont une réelle utilité mais sont aussi à la base de jugements erronés.

Les biais cognitifs, auxquelles nous adhérons parfois de manière dogmatique, affectent notre comportement. Parfois, la cause d’un problème réside dans la façon dont nous interprétons la réalité qui nous entoure et nous-même. Nos croyances et nos habitudes de pensée influencent cette perception du monde. Une hypothèse, une croyance ou une habitude de pensée dysfonctionnelle, fausse ou automatique, peut déformer notre façon de voir le monde. La façon dont nous percevons le monde détermine la façon dont nous nous comportons.

Les distorsions cognitives, ou croyances irrationnelles, sont définies comme dogmatiques, absolues, s’expriment en termes d’obligation, se présentent à nous de manière automatique et sont généralement suivies d’émotions négatives et génèrent des altérations du comportement (phobies, dépression, problèmes d’estime de soi, etc.). Le psychologue Albert Ellis a été le premier à décrire les idées irrationnelles, puis Aaron T. Beck a apporté de grandes contributions à la compréhension des biais cognitifs.

Pourquoi les biais cognitifs se produisent-il ?

Les personnes qui développent ces pensées déformées le font souvent pour faire face à des événements défavorables dans leur vie quotidienne. Plus ces événements sont prolongés et graves, plus l’individu est susceptible de développer un biais cognitif.

Selon diverses études, il est suggéré que les biais cognitifs pourraient avoir évolué comme une méthode évolutive de survie. En d’autres termes, en cas de stress (en raison d’un danger imminent théorique), les gens peuvent finir par adapter leur pensée pour assurer leur « survie ». Mais les différents types de distorsions cognitives ne sont pas des pensées rationnelles ou saines à long terme.

Quelques biais cognitifs

Pensée polarisée :

C’est la pensée du « tout ou rien« .

Diviser la réalité en deux et en termes absolus sans voir le juste milieu. « Toujours » ou « jamais« , « bon » ou « mauvais« , « tout le monde » ou « personne« . Ainsi, les personnes qui utilisent une pensée polarisée ou dichotomique construisent leur réalité sur la base de deux catégories. Par conséquent, une chose est soit mauvaise, soit bonne ; dans ces erreurs cognitives, il n’y a pas de nuances de gris. La tendance à faire des évaluations aussi extrêmes crée un comportement très autoritaire qui est très difficile à vivre.

Généralisation excessive :

Généraliser à partir de cas isolés et tirer une conclusion qui s’applique à tout.

Par une généralisation excessive, ces personnes essaient de tirer une idée d’un événement qui ne s’est produit qu’une seule fois. En d’autres termes, nous avons tendance à généraliser à travers une seule action qui ne définit pas nécessairement notre personnalité.

Déduction arbitraire :

Parvenir à une conclusion sans partir de rien, sans preuve. Lorsqu’une personne a tendance à utiliser ce biais de perception, elle finit par comprendre la réalité sur la base de croyances tirées de certaines expériences ou de schémas de pensée déformés.

Abstraction sélective ou filtrage mental :

Se concentrer uniquement sur les aspects négatifs d’une situation, en ignorant et en excluant tous les autres aspects positifs. Dans l’abstraction sélective, certaines personnes finissent par donner beaucoup plus de poids aux aspects négatifs qu’aux aspects positifs d’un événement ou d’une expérience. Par conséquent, l’accent est mis sur le mauvais et ces distorsions ou erreurs de pensée sont amplifiées.

Grossissement et minimisation :

Exagérer l’ampleur des événements négatifs et minimiser l’ampleur des événements positifs. Par conséquent, les personnes qui ont cette distorsion de la réalité finissent par réduire ou amplifier les choses et les idées de manière très disproportionnée. Dans le cas de la minimisation, le biais cognitif consiste à minimiser certains événements ou expériences qui peuvent être positifs pour la personne. L’amplification, quant à elle, consiste à exagérer les aspects négatifs d’une expérience, d’un événement ou d’une personne.

Personnalisation :

S’attribuer les causes de ce qui se passe autour de soi et penser que tout est lié à soi. Ces erreurs cognitives résultent de l’habitude qu’a une personne de rapporter constamment à elle-même les événements qui se produisent dans son environnement, en se concentrant généralement sur les aspects les plus négatifs.

Biais cognitif projection

Projection :

Projeter ses pensées et ses émotions sur une autre personne. La projection est l’une des illusion cognitive que les gens utilisent le plus pour essayer de se « défendre » contre les menaces que nous croyons exister à l’extérieur. À tel point que ces pensées déformées finissent par rejeter la responsabilité de nos actions, de nos sentiments et de notre comportement sur quelqu’un d’autre.

Raisonnement émotionnel :

Créer des arguments basés sur ce que vous ressentez plutôt que sur la réalité. Croire que si l’on ressent quelque chose, la réalité correspond à ce sentiment. Lorsqu’une personne utilise le raisonnement émotionnel, elle finit par façonner une croyance ou une pensée en fonction de ce qu’elle ressent à un moment donné ou dans une situation particulière. En fait, il s’agit d’un biais cognitif dans lequel ces personnes s’auto-sabotent le plus souvent.

Devrait :

Se concentrer sur ce que quelqu’un, ou d’autres, devrait faire ou devrait être. Avoir des règles rigides et exigeantes sur la façon dont les choses doivent être. Les déclarations « devraient » sont des croyances que nous avons sur la façon dont nous devrions agir, penser ou être envers les autres et nous-mêmes. Lorsqu’une personne a tendance à utiliser ce type de pensées déformées, elle finit par s’autocritiquer de manière excessive.

Vision catastrophique :

Imaginer les pires conséquences possibles. Parmi les options possibles, penser que le pire se produira. Les personnes qui ont tendance à utiliser cette distorsion cognitive ont tendance à anticiper les événements, mais toujours à partir d’une vision très catastrophique. À tel point que parfois, ces type de biais cognitif peuvent finir par amener la personne à ne pas réaliser l’action en raison d’une peur infondée.

Disponibilité en mémoire :

Le biais de la disponibilité en mémoire consiste à porter un jugement sur une probabilité selon la facilité avec laquelle des exemples viennent à l’esprit. Ce biais peut, par exemple, amener à prendre pour fréquent un événement récent.

Auto-Complaisance :

Le biais d’autocomplaisance est la tendance à s’attribuer le mérite de ses réussites et à attribuer ses échecs à des facteurs extérieurs défavorables.

Blâme :

Il existe deux variantes :

  • blâmer les autres pour ses propres problèmes
  • ou se blâmer soi-même pour les problèmes des autres.

Nous accordons trop de valeur après coup à ce qui aurait dû être fait. Ainsi, cette distorsion cognitive consiste à attribuer la responsabilité et le blâme d’un acte soit à nous-mêmes, soit à quelqu’un d’autre, indépendamment de ce qui l’a réellement causé.

Confirmation :

Le biais de confirmation ou biais de croyance est la tendance, très commune, à ne rechercher et ne prendre en considération que les informations qui confirment les croyances et à ignorer ou discréditer celles qui les contredisent.

Le biais de croyance se produit quand le jugement sur la logique d’un argument est biaisé par la croyance en la vérité ou la fausseté de la conclusion. Ainsi, des erreurs de logique seront ignorées si la conclusion correspond aux croyances.

Maintenir certaines croyances peut représenter une motivation très forte : lorsque des croyances sont menacées, le recours à des arguments non vérifiables augmente ; la désinformation, par exemple, mise sur la puissance des croyances.

Illusion de fréquence :

L’illusion de fréquence consiste, après avoir remarqué une chose une première fois, à avoir tendance à la remarquer plus souvent, ce qui conduit à croire qu’elle se produit plus fréquemment qu’auparavant.

Illusion de savoir :

L’illusion de savoir consiste à se fier à des croyances erronées pour appréhender une réalité et à ne pas chercher à recueillir d’autres informations. La situation est jugée à tort comme étant similaire à d’autres situations connues et la personne réagit de la façon habituelle. Ainsi, une personne pourra sous-exploiter les possibilités d’un nouvel appareil.

Le survivant :

Le biais du survivant est une forme de biais de sélection consistant à surévaluer les chances de succès d’une initiative en concentrant l’attention sur les cas ayant réussi (les « survivants ») plutôt que des cas représentatifs.

Par exemple, les gens qui ont réussi ont une visibilité plus importante, ce qui pousse les autres à surestimer leurs propres chances de succès.

Effet de vérité illusoire :

L’effet de vérité illusoire (ou effet d’illusion de vérité) est la tendance à croire qu’une information est vraie après une exposition répétée.

Illusion de corrélation :

L’illusion de corrélation consiste à percevoir une relation entre deux événements non reliés ou encore à exagérer une relation qui est faible en réalité. Par exemple, l’association d’une caractéristique particulière chez une personne au fait qu’elle appartienne à un groupe particulier alors que la caractéristique n’a rien à voir avec le fait qu’elle appartienne à ce groupe.

Illusion positive :

L’illusion positive est un optimisme irréaliste, voir un optimisme béat lié à une évaluation exagérée de ses capacités. Certaines études ont démontré qu’une majorité de personnes ont tendance à se considérer meilleurs que la moyenne sur une diversité de capacités, ce qui est nécessairement erroné. Un exemple d’illusion positive très répandue est l’illusion de supériorité morale.

Effet Dunning-­Kruger :

L’effet Dunning-Kruger est le résultat de biais cognitifs qui amènent certaines personnes les moins compétentes à surestimer leurs compétences et les plus compétentes à les sous-estimer.

Effet de halo :

L’effet de halo se produit quand la perception d’une personne ou d’un groupe est influencée par l’opinion que nous pouvons avoir préalablement pour l’une de ses caractéristiques. Par exemple, une personne de belle apparence physique sera perçue comme intelligente et digne de confiance. L’effet de notoriété est aussi un effet de halo.

Conformisme :

Le biais de conformisme est la tendance à penser et agir comme les autres le font.

Le psychologue américain Solomon E. Asch (1907 – 1996), l’un des pionniers de la psychologie sociale, a publié en 1951 une expérience, qui a été très influente dans le domaine, illustrant l’importance de l’influence sociale et de la tendance au conformisme.

Pour en savoir plus sur l’expérience de ASCH : https://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/2016-07-22/conformisme-experience-de-asch

Effet IKEA :

Il s’agit de la valeur du fameux « do it yourself« , clin d’œil au vendeur de meubles en kit.

Quel bricoleur du dimanche ne s’est jamais senti fier comme un paon en regardant, ému, cruciforme en main, son étagère Kallax trôner au milieu du salon ? Quand on s’implique dans la création d’un objet ou d’un produit, sa valeur augmente. Du moins, à nos yeux. « La valeur accordée aux objets que l’on fabrique serait due à l’effort qui a été produit – “Je me suis donné du mal, donc cet objet a de la valeur” -, au sentiment d’accomplissement – “J’ai réussi à faire ça” – et au rôle social dévolu à l’objet : on peut le présenter à ses amis et en tirer une certaine fierté, voire des compliments »

Plus d’info : https://www.psychologies.com/moi/se-connaitre/effet-Ikea-biais-cognitif-altere-votre-jugement

Comment faire face aux biais cognitifs ?

Une personne ayant trop de distorsions cognitives, peut finir par développer des troubles psychologiques en raison de la négativité de cette façon de penser.

Par conséquent, si vous vous reconnaissez dans les distorsions cognitives mentionnées, voici quelques conseils :

  • Être plus conscient de vos pensées : Nous avons parfois tendance à utiliser le pilote automatique. Au lieu de laisser ces pensées nous contrôler, essayons de gérer l’anxiété ou la négativité de ces pensées qui nous affectent.
  • Reconnaitre l’effet des distorsions cognitives : les distorsions cognitives peuvent nous conduire à prendre de mauvaises décisions et contribuer à des problèmes psychologiques tels que la dépression, le trouble de la personnalité limite ou les troubles liés à l’anxiété.
  • Remettre nos pensées en question : au lieu de laisser les distorsions cognitives nous causer des problèmes, il est essentiel de travailler activement à les modifier. En d’autres termes, essayons de nous mettre au défi en réfléchissant à ces pensées qui peuvent nous mettre mal à l’aise face à certains défis ou problèmes.
  • Découvrir ses biais cognitifs / distorsions cognitives par le biais d’un coaching professionnel « verslerebond »
  • Suivre une thérapie : si ces distorsions cognitives contribuent à nous faire sentir mal dans notre peau, il est important de demander l’aide d’un thérapeute professionnel pour éviter que la situation ne s’aggrave davantage. Un thérapeute aide à identifier ces schémas de pensée et nous enseigne des stratégies pour y faire face, ainsi qu’à analyser les raisons de leur apparition.

Les biais cognitifs peuvent nous jouer des tours et nous convaincre de faits inexacts. Bien que beaucoup d’entre eux soient très courants, cela n’implique pas qu’ils soient bons pour nous. Ne laissez pas ces pensées vous retenir et vous contrôler.